jeudi 22 juin 2017

Des nouvelles de la race des signeurs

Les histrions et encultureurs dont les noms figurent ci-après ont signé et appelé à signer un appel à Emmanuel Macron en vue de protéger de toute contrariété, assimilée à une "violence", les "migrants" en train de reconstituer "la jungle de Calais"

Dans le même temps, un chauffeur de camion est mort en percutant un autre véhicule bloqué par un barrage érigé par des protégés erythréens des signataires.

Si un "jeune", au sens ethnique et médiatique du terme, fuyant un contrôle de police sur sa motocyclette volée, se tuait en percutant un mur, la plupart de ces gens crieraient : "Flics assassins, Police partout, Justice nulle part !"

Migrants assassins, histrions complices !


Premiers signataires de cette pétition-provocation :


La rédaction du Bondy Blog 

Yannick Jadot, député européen 

Omar Sy, acteur  

Association Auberge des migrants  (assoce à dissoudre !)

 Assa Traoré, comité Adama 

Benoit Hamon

Hélène Sy, présidente de l'association Cékedubonheur - Camille Louis, philosophe, dramaturge 

Jean-Luc Mélenchon, député européen 

Sud Intérieur-Union syndicale solidaires, syndicat de police, les flics masochistes

 Marie-Françoise Colombani, journaliste - Florence Thune, directrice générale de Sidaction - La Caution, artistes 

Malik Salemkour, président de la LDH (ligue dite des Droits de l'Homme), officine spécialisée dans l'instrumentalisation des droidloms abstraits contre les libertés fondamentales concrètes,

 Laurence De Cock, historienne - Raphaël Kempf, avocat 

 Françoise Sivignon, présidente de Médecins du Monde France (pensez-y la prochaine fois que Médecins du Monde France fera appel à votre générosité !)

 Mathilde Larrère, historienne - Coordination nationale "Pas sans nous"

Syndicat de la magistrature 

Alain Gresh, journaliste - Marwan Mohammed, sociologue au CNRS - Aïssata Seck, maire-adjointe de Bondy - Nordine Nabili, journaliste, enseignant - Eric Fassin, sociologue - Christine and the Queens, artiste - Geoffroy de Lagasnerie, philosophe, sociologue - Laurent Cantet, réalisateur - Océanerosemarie, comédienne - Nadia Lamarkbi, formatrice, coach professionnelle - Christophe Ruggia, réalisateur - Véronique Decker, directrice d'école - Nadia Leila Aissaoui, sociologue, féministe - Céline Sciamma, réalisatrice, scénariste, co-présidente de la Société des Réalisateurs de Films - Etienne Tassin, philosophe - Marwan Muhammad, directeur du Ccif - Marie-Laure Basilien, professeur des Universités en droit public, membre de l'Institut universitaire de France - Ziad Majed, politiste, professeur universitaire - Edouard Louis, écrivain - Médine, artiste 

Didier Eribon, philosophe

 Alice Diop, réalisatrice - Magyd Cherfi, chanteur, écrivain - Laurent Chalumeau, auteur de polars - Mohamed Hamidi, réalisateur - Robin Campillo, réalisateur - Yasmine Bouagga, sociologue - Alain Mikowski, avocat 

 Rokhaya Diallo, journaliste qui sévit sur La Chaîne Parlementaire 

Pascale Ferran, réalisatrice - Association "Itinérance Cherbourg" - Raphäl Yem, animateur TV, fondateur de Fumigène magazine - Akram Belkaïd, journaliste, écrivain 

Pouria Amirshahi, député, fondateur du "Mouvement Commun", ancien président de l'UNEF, ancien député PS des Français de l'Etranger, auteur de la théorie selon laquelle la France ne peut pas à la fois prétendre coopérer au développement de pays "du Sud" et restreindre l'accès à son territoire de ressortissants de ces pays.


Nora Hamadi, journaliste, sévit sur La Chaîne Parlementaire,


Raphaël Glucksmann, essayiste - Faïza Guène, écrivain - Julien Salingue, docteur en science politique - Madjid Messaoudene, conseiller municipal délégué, Saint-Denis, Pierre-Emmanuel Barré, humoriste - Lauren Bastide, journaliste - Abou Diaby, footballeur professionnel - Mouloud Achour, journaliste - Malik Bentalha, humoriste, comédien, 


Benjamin Stora, historien, directeur du Musée de l'Immigration (Paris), "porteur de valises" de service quand il s'agit de défendre le FLN algérien et les "droits" de l'Algérie envers la France.

Latifa Ibn Ziaten, présidente de l'association IMAD, icône du vivre ensemble, jusqu'à présent assez consensuelle,  dont la signature malencontreuse semble égarée sur cette pétition.


Amelle Chahbi, comédienne - Imany, chanteuse, auteur - Yvan Le Bolloc'h, acteur, comédien, musicien 

Jamel Debbouze, humoriste, acteur, producteur

Sonia Rolland, actrice, réalisatrice, productrice - Karima Delli, députée européenne - Fatou Diome, écrivain 


Claude Askolovitch, fils de Roger Ascot, ancien journaliste d'I-Télé, la chaîne qui a exclu de ses écrans Eric Zemmour pour incorrection politique.
Claude Askolovitch
Benjamin Stora,  Musée de
l'Immigration

Nora Hamadi, La Chaîne Parlementaire

mercredi 21 juin 2017

Républicains Constructifs, U.D.I. et Indépendants : ils ont tout FAUX !

Ils étaient venus.

Ils étaient tous là.

Il y avait Jean-Christophe Lagarde, président de l'U.D.I., député de Seine Saint-Denis, selon lequel "la France n'a pas de problème d'immigration, mais un problème d'émigration".

Et puis Franck Riester (1), député-maire de Coulommiers, auteur d'une proposition de loi visant à alourdir les peines infligées aux personnes qui expriment publiquement leur incroyance ou leurs doutes envers l'historiographie officielle de ce qu'il est convenu d'appeler la Shoah. Le quadragénaire Riester passe pour être un esprit libre pour avoir voté en 2013 la loi dite du "mariage pour tous". Esprit "libre" ? Apparemment pas libéré des lobbies mémoriels.

Et encore Philippe Vigier,  conseiller régional du Centre Val-de-Loire, le "cher Monsieur Vigier" de Manuel Valls, le pharmacien ligérien grand ayatollah de la Correction Politique : il a exclu des rangs du Nouveau Centre un jeune adhérent qui s'était permis d'organiser à Orléans une petite bouffe apéro-saucisson irrespectueuse des traditions mahométanes (et mosaïques); il a eu sa part de responsabilité dans la chasse aux sorcières de juillet 2013 contre Gilles Bourdouleix et le Centre National des Indépendants. Chasse aux sorcières suivie de l'exclusion de Gilles Bourdouleix de l'U.D.I. pour avoir été irrespectueux envers des Romanichels à Chollet. Le Centre National des Indépendants s'étant solidarisé avec son président Gilles Bourdouleix, a été collectivement exclu de l'U.D.I. Chapeau, "cher Monsieur Vigier".

Sans oublier Thierry Solère (2), candidat à la présidence du nouveau groupe. Que j'ai connu très remonté contre Nadine Morano en septembre 2015 lorsqu'une chasse aux sorcières fut lancée pour évincer Nadine Morano de la liste de la droite et du centre aux élections régionales dans le Grand Est. Au motif que ladite Nadine Morano s'était permis de citer Alain Peyrefitte citant lui-même un propos privé du général de Gaulle selon lequel la France est "un pays de race blanche" (3).

Ils étaient venus, ils étaient tous là ce 21 juin. Au Palais Bourbon, pour annoncer la création d'un groupe des Républicains Constructifs, U.D.I. et Indépendants dans la nouvelle législature.

Tout est FAUX dans leur démarche.

Relevons la redondance du mot "indépendant" dans son appellation : le "I" de l'acronyme U.D.I. signifie déjà "Indépendants"; on a donc des Indépendants et Indépendants (bis).

Habilement mais malhonnêtement, ces Républicains Constructifs, U.D.I. et Indépendants, justifient la création de leur groupe par la nécessité de ne pas pratiquer une opposition "systématique" au gouvernement d'Edouard Philippe et au président Macron.

C'est habile parce que c'est forcément populaire. Il existe dans l'opinion un vieux rêve d'unanimisme, d'union nationale au service de l'intérêt dit général. Ca fait bien. Ca fait moral. Ca fait "patriotique".

C'est habile parce que personne ne revendique une opposition systématique, mécanique. Pas même La France Insoumise ou le Front National. Annoncer avec tambour et trompettes qu'on crée un groupe pour ne pas être mêlé à une opposition systématique consiste à accuser le groupe dont on se sépare d'avoir l'intention de pratique cette opposition systématique. Ces "Indépendants et Indépendants" se fondent ..... contre le groupe Les Républicains. Ce nouveau groupe est un instrument de la Macronie pour dynamiter les oppositions. 

Quel est le principal, le plus grave problème auquel le pays et l'Europe sont confrontés ?

Celui du Grand Remplacement. Celui du phénomène que tout un chacun peut observer, constater. En consultant les sous rubriques "naissances" et "décès" de la rubrique "état-civil" du bulletin de sa mairie. Comparez les prénoms et patronymes des nouveaux-nés d'une part, des décédés d'autre part. Et vous comprendrez ce qu'est le Grand Remplacement. Ca vous convient ? Vous pouvez accepter que ça continue comme ça ?

Le groupe des Républicains Constructifs (sic), U.D.I. et Indépendants (re-sic) ne va pas, bien au contraire, contribuer à contrarier, ralentir ou renverser ce Grand Remplacement.

Une des figures de cette majorité nationale-macroniste a pour nom Jean-Paul Delevoye, que Jacques Chirac avait tenté d'imposer à la présidence du RPR en 1999. Delevoye préconise l'intégration de 50 millions (cinquante millions) d'Africains, d'Asiatiques, de gens du Proche-Orient en Europe au cours des 30 prochaines années. 


La "modération", l'humanisme", c'est ça. Vous êtes prévenus.



N   O   T   E   S

(1) Député de Seine-et-Marne, Franck Riester est très apprécié des médiats. Son vote en faveur de la loi Bergé-Taubira, dite du "mariage pour tous" en 2013 lui a ouvert bien des portes. On l'a souvent vu opposé à Olivier Faure, député PS du même département de Seine-et-Marne. On devrait dire "opposé" parce qu'Olivier Faure s'en prenait à l'UMP d'alors tout en considérant que Franck Riester n'en était pas représentatif. C'était commode. La position d'Olivier Faure était avantageuse. Franck Riester était l'objet de tentatives de débauchage politique de la part de sympathisants de l'U.D.I. sur les réseaux sociaux. 

(2) Thierry Solère a soutenu Bruno Le Maire pour la présidence de l'UMP en 2014. Il est logique qu'il crée et préside un groupe qui a pour vocation de ne pas gêner, avant, probablement, de soutenir un gouvernement dans lequel son champion est ministre de l'Economie et des Finances. Dès 2012, Thierry Solère s'est désolidarisé de la direction de l'UMP en se présentant dans les Hauts-de-Seine contre Claude Guéant, investi par le parti et ancien collaborateur direct du président Nicolas Sarközy.

(3) De Gaulle a dit à Alain Peyrefitte qu'il était bon que la France ait des ressortissants noirs, jaunes, etc...., parce que cela attestait qu'elle était ouverte au monde. Mais qu'ils devaient rester en très petit nombre, la France étant quand même avant tout "un pays de race blanche". 

mercredi 7 juin 2017

"Le Monde", George W. Bush et Donald Trump

Intervention révélatrice et accablante d'Arnaud Leparmentier (Le Monde) le 7 juin sur France Info.

L'éditorialiste du "quotidien de référence", qui venait de rencontrer Hubert Védrine (le ministre des A.E. de 1997-2002 sous Jospin) s'attachait à démêler qui, de George W Bush ou de Donald Trump était le plus mauvais président des Etats-Unis pour l'Europe.

Il est très étonnant qu'on exige de Donald Trump qu'il réaffirme que les Etats-Unis sont toujours liés par l'article 5 du traité de l'Atlantique-Nord.

Doublement étonnant.


D'abord, Le Monde n'a jamais été très "atlantiste", bien au contraire. Dès sa fondation, c'était un organe de presse ouvertement neutraliste. Ensuite, Donald Trump n'a jamais dénoncé cet article 5 (une attaque contre un pays de l'OTAN sera considérée par les autres comme une attaque contre tous).
Le président des Etats-Unis le plus dangereux et inamical envers les Européens était Bill Clinton (1993-2001). Son administration fixait des limites au pluralisme politique autorisé aux Européens.

Deux exemples. Lorsque le parti FPÖ de Jörg Haider est entré dans une coalition gouvernementale en Autriche au niveau fédéral, les Etats-Unis (comme l'Etat d'Israël) ont rappelé leur ambassadeur à Vienne.

A peu près à la même époque, après l'agression de l'OTAN contre la Serbie-Montenegro pour protéger les Mahométans albanophones du Kossovo, les Etats-Unis ont offert une aide à la reconstruction du pays, en la limitant aux territoires serbes et monténégrins qui s'était dotés d'exécutifs d'opposition au gouvernement de Belgrade.

Arnaud Leparmentier complète sa dégueulasserie en louant Harry Truman, le président de l'immédiat après-guerre. Certes, son bilan est contrasté (aide à la Grèce et à la Turquie, plan Marshall, bombardements sur Hiroshima et Nagasaki etc...). Mais à aucun moment Arnaud Leparmentier ne blâme Harry Truman pour avoir signé les accords de Potsdam de juillet 1945 qui ont permis l'expulsion de millions d'Allemands de Pologne, Tchécoslovaquie, Union Soviétique etc....